Persécutions religieuses en Russie contre les orthodoxes traditionnels

Publié le par Theophylactère

Aujourd’hui 1er mars, dans le calendrier civil, nous sommes entrés dans la période de carême. Cette période ne risque pas d’être de tout repos pour les fidèles de l’Eglise Orthodoxe Autonome de Russie. Cette église, issue pour partie des communautés des catacombes n’ayant jamais reconnu le Patriarcat de Moscou est la principale juridiction orthodoxe traditionnelle (rejetant l’œcuménisme) en Russie avec environ 200 paroisses dans le pays. Son existence n’a jamais été de tout repos car elle doit faire face depuis que lui a été reconnu une existence légale, à diverses formes de persécutions. De tels actes sont systématiquement passés sous silence dans la grande presse mondiale (et encore plus francophone), qui se plait à répéter que la liberté de culte es revenue en Russie. Ce n’est malheureusement pas le cas pour les orthodoxes traditionalistes. En témoigne, l’intensification de la persécution contre l’EOAR qui vient de se voir retiré en février dernier le droit d’utiliser les églises qui lui avaient été attribuées dans la région de Vladimir, et qu’elle avait d’ailleurs restaurées.

Ces manœuvres confirment par ailleurs certaines prédictions annonçant que la politique du nouveau patriarche Kirill de Smolensk serait marquée à l’extérieur par des embrassades œcuméniques afin de s’attirer les faveurs de la presse internationale, et à l’intérieur par un durcissement contre les orthodoxes traditionnels, durcissement que laissait peut-être présager le mystérieux piratage des sites orthodoxes dissidents à la veille de l’élection du Métropolite Kirill sur le trône patriarcal.

L’EOAR a publié une série de documents en russe et en anglais afin d’alerter l’opinion publique sur sa situation. Ils sont accessibles ici :

1° Communiqué de presse en date du 17 février 2009 en russe et en anglais

Nous traduisons ci après le communiqué de son président, le Métropolite Valentin de Suzdal qui explique la situation

Ceux qui désirent protester contre ces persécutions peuvent écrire au président russe Dimitri Medvedev à cette adresse ou mieux, par courrier classique.

Ceux qui désirent prendre contact avec l’EOAR peuvent écrire aux personnes suivantes

1° En russe à l'higoumène Feofan : root@hth.souzdal.elcom.ru

2° En espagnol au prêtre Siluan Dignac : pravoslavia@speedy.com.ar

3° En français, italien, anglais et russe à l'Evêque André de Pavlovskoye, responsable du diocèse américain : bishopandrei@gmail.com

 
Sources :

Site russe de l'EOAR : ici
Site anglophone de l'EOAR :
ici

 

Vous pouvez discuter ceci sur notre forum http://orthodoxie-libre.actifforum.com


 

 

 

 

 

DECLARATION

 

Du Président du Synode des Evêques de l’Eglise Orthodoxe Autonome de Russie en date du 12 février 2009 (calendrier civil)

Ces 20 dernières années, le destin de l’Eglise Orthodoxe Autonome de Russie n’a pas été simple. Dans son désir de marcher selon la « Voie du Saint Esprit » et de vivre en accord avec le Saint Evangile du Christ, l’EOAR demeure une pierre sur le chemin menant au mondialisme et au modernisme, constituant ainsi un attrait y compris pour nombre de clercs du Patriarcat de Moscou. La tâche de clamer au monde orthodoxe toute entier la vérité au sujet de la condition de l’église en captivité dans notre pays, et de contrer les mensonges émanant des représentants officiels des autorités sans –Dieu, tout en attirant l’attention sur les méfaits perpétrés par les hiérarques du Patriarcat de Moscou, qui sont soumis à ces mêmes autorités, a toujours été, est et demeurera parmi les plus importantes obligations religieuses de l’EOAR.

Les hiérarques du Patriarcat de Moscou se sont illégalement emparés des églises de Kainsk, Votkinsk, Trubchevsk and Zheleznovodsk que nous détenions. Il nous a été refusé d’enregistrer nos diocèses à Tula, Cheliabinsk, Orenburg and Borisovo-Otradnoy ;nous avons été empêchés soit partiellement soit complètement d’enregistrer les statuts de nos paroisses, reléguant ces dernières ainsi à des réunions illégales et à des groupes religieux non autorisés.
 

Plus d’une fois, notre clergé et nos fidèles ont été passé à tabac, nos églises incendiées ainsi que les résidences de nos moniales âgées et handicapées. Dans les média officiels, les faits véritables ont toujours été occultés ou falsifiés. Et dans certains cas particuliers, comme durant la semaine du Concile local du Patriarcat de Moscou en janvier de cette année, les reportages des média furent simplement supprimés, comme à l’époque soviétique.
 

Ces actions ne peuvent qu’être interprétées que comme une tentative d’en finir avec l’EOAR pour de bon. Voilà près d’un an, l’Administration Régional de Vladimir chargée des propriétés de l’Etat a initié 14 procédures judiciaire contre nous afin de nous enlever l’ensemble de nos églises de la région de Suzdal.
 

Au début des années 90, l’usage illimité de ces églises nous avait été accordé par cette même administration. Des accords furent signés. Ce qui restait de ces bâtiments que nous reçûmes, bâtiments qualifiés dans ces accords d’héritage national et de trésor, n’était rien de plus que des vestiges en ruines comme à Sanino, Krapivye et d’autres églises profanées et à moitié détruite.
 

Les bureaucrates du Bureau des propriétés d’Etat de la Fédération de Russie ont à présent accompli l’oeuvre de Caïn ; ils ont envoyés les chrétiens orthodoxes qui rejettent les idéologies de l’œcuménisme et du sergianisme en exil, en transférant leurs églises à l’administration du diocèse de Vladimir du Patriarcat de Moscou. Les bureaucrates du Bureau des propriétés d’Etat de la Fédération de Russie se sont fixés le but de chasser les fidèles de l’EOAR de leur propre terre, afin que plus tard, ils puissent prétendre que l’EOAR est illégale.

 
Le mépris des bureaucrates pour les sentiments religieux des citoyens de Souzdal a été jusqu’à leur suggérer de changer de leadership, ce qui est une façon de leur dire  de rejoindre le Patriarcat de Moscou de telle sorte que les poursuites judiciaires cessent et qu’ils aient la paix. Dans la Fédération de Russie aujourd’hui, où le gouvernement prend manifestement fait et cause pour l’église, le retour aux méthodes soviétiques en matière de politique religieuse a débuté, avec comme seule différence, le fait que le beau rôle revienne à « l’unique Eglise vraie et correcte : le Patriarcat de Moscou ».

Par son arrêt du 5 février 2009, le tribunal de la Région de Vladimir a demandé à nos communautés d’évacuer leurs églises, avec la claire intention de remettre ces bâtiments au Patriarcat de Moscou. Au lieu d’exprimer sa gratitude et son respect pour ceux qui ont travaillé dur à sauver et préserver les églises de Souzdal de la destruction complète, les ont restaurées à partir de ruines et ont fait renaître les services liturgiques et la vie spirituelle dans la cité, les bureaucrates de Vladimir ont craché sans vergogne sur leurs âmes sans broncher le moins du monde, les ont jetés à la rue, ont privé le clergé local de source de revenus, ont condamné des familles à mourir de fin, simplement afin d’être agréable au Patriarcat de Moscou qui s’est arrogé le monopole de l’orthodoxie dans la Russie contemporaine.


Il y a des douzaines d’églises de la région de Vladimir qui sont dans un état catastrophique ou proche de la ruine. Cependant, les bureaucrates ne semblent pas s’inquiéter le moins du monde  du destin de ces églises. Au lieu de cela, ils veulent ôter aux fidèles tout ce qu’ils ont restauré, violant par là leurs droits à la liberté de religion et de réunion, humiliant et insultant les sentiments de notre troupeau et faisant piétiner l’EOAR par les bottes de la police.

Par la passé, nous avons, avec d’autres communautés religieuses, fait appel de façon répétée au président et à l’actuel premier ministre de la Fédération de Russie, V. V Putin ; au Procureur Général de la Fédération de Russie […] [N.d.T Suit une longue liste de personnalités et d’institutions auxquelles il a été fait appel]. Mais notre voix demeure « la voix de celui qui crie dans le désert », et nous n’avons reçu aucune réponse à ce jour.
 

Si initialement, nous espérions une décision honnête de la part du Garant de la Constitution de la Fédération de Russie, à présent, nous ne sommes que trop conscient du fait que la constitution est foulée au pied par les bureaucrates du gouvernement et que l’issue des procédures judiciaire est décidée à l’avance, car dans ce cas, les cours de justice ne font qu’exécuter la volonté de ceux qui  veulent nous ôter nos églises et priver notre église de son droit à l’existence légale. Nous n’avons aucun doute que les prochaines choses à attendre  seront celles que nous avons déjà vues auparavant : l’envoi des huissiers appuyés par la police pour exécuter les décisions de justice. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir aussi bien en Russie qu’à l’étranger pour empêcher l’exécution de la décision de la cour de justice de Vladimir. Mais malheureusement, avec le système judiciaire actuel en Fédération de Russie, il est impossible de trouver une vérité qui ne soit celle voulue au Kremlin ou à la Rue Chisty (Résidence du Patriarche de Moscou).
 

Nous sentons une peine intolérable pour le destin de notre nation, où les droits constitutionnels des citoyens sont bafoués, où tout un chacun ne dispose pas du droit de vivre en liberté et d’être défendu par son propre gouvernement. Au lieu d’appliquer les exigences de la Constitution de la Fédération de Russie, et plus précisément de l’article 46 qui garantit le droit à un procès équitable, ils se comportent comme des pirates et font prévaloir le principe machiavélique : la fin justifie les moyens. Face à un tel type de justice, l’homme de foi est laissé sans droits et sans défense. Les blasphémateurs déguisés en évêques du Patriarcat de Moscou et en habits de juge commettent le mal conduisant leurs âmes à la mort et sont incapables de trouver la vérité.

 

Valentin, Métropolite de Souzdal et de Vladimir

PRESIDENT DU SYNODE DES EVEQUES DE L’EGLISE ORTHODOXE AUTONOME DE RUSSIE


On peut voir ici après les photos des églises en question avant leur attribution à l'EOAR et après leur restauration.

Publié dans orthodoxie-libre

Commenter cet article