Russie : les persécutions se poursuivent

Publié le par Theophylactère

Nous informions précédemment qu'un tribunal avait décidé de retirer à l'EOAR (Eglise Orthodoxe Autonome de Russie, ROAC en anglais) l'usage d'un certain nombre de ses églises à Souzdal. La cour d'appel vient de confirmer le jugement. Officiellement, le Patriarcat de Moscou n'est en rien lié à ses affaires même si la majorité des analystes suppose que ces églises (rénovées par l'EOAR) seront ensuite mises à la disposition du Patriarcat de Moscou.


Voici la traduction d'un article publié écrit par Paul Globe et publié le 30 avril dernier à ce lien : http://www.eesti.ca/?op=article&articleid=23576


Notre forum est ouvert à vos commentaires.



Une cour d'appel russe a confirmé la décision d'une juridiction de degré inférieur autorisant l'Etat à saisir huit églises appartenant à l'Eglise orthodoxe autonome de Russie (EOAR ou ROAC en anglais). C'est là la dernière indication de la manière dont le Patriarche Kirill utilise l'Etat pour supprimer toute forme d'indépendance parmi les fidèles orthodoxes.


Telle est la conclusion d'Alexandre Khramov, journaliste spécialisé dans les affaires religieuses, dans un commentaire publié hier sur le site Portal-credo.ru qui met en évidence les tendances autoritaires du nouveau patriarche et la collusion croissante et dangereuse entre son église et l'Etat russe.

Dans une décision annoncée hier, les collèges de la première cour d'appel de Vladimir n'ont pas modifié le jugement du 12 février de la cour de Vladimir qui autorisait le gouvernement à saisir les églises, officiellement parce que les paroisses avaient violé tellle ou telle règle concernant l'usage des lieux.

Le fonctionnaire qui a initié le procès a machinalement insisté sur le fait que  le  Patriarcat de Moscou n'avait aucun lien avec l'affaire », mais cette affirmation, soutient Khramov, est un mensonge « complet ». Le gouvernement n'a pas besoins de ses églises [Note du traducteur : elles étaient quasiment en ruine quand elles furent accordées à l'EOAR] et il est presque certain qu'il les remettra à l'évêque local du Patriarcat de Moscou dans un bref délai.


Trois points de cette affaire sont particulièrement troublants, écrit le journaliste. Primo, le processus de harcèlement des croyants indépendants « s'est soudainement accéléré après l'intronisation de Kirill en tant que Patriarche de Moscou », preuve de son influence sur le gouvernement en général et sur Madame Medvedev en particulier.


Ainsi, ce qui se passe à Souzdal établit un précédent qui est susceptible de se produire partout dans la Fédération de Russie. Le Patriarcat de Moscou se servira des pouvoirs publics pour faire la chasse à ses ennemis et même à ces croyants qui demandent uniquement le droit de pratiquer leur foi indépendamment de Kirill et de son pouvoir vertical au sein de l'église.


Secundo, alors que ces croyants indépendants prévoient de faire appel, « même à présent », écrit Khramov, « la majorité d'entre eux ont les plus sombres pressentiments : en pleine ère de mobilisation missionaire proclamée par le nouveau Patriarche, tous les récalcitrants refusant de se placer dans les rangs des défenseurs de la foi sous la bannière du Patriarcat de Moscou » auront des problèmes.


Et tercio, il y a un risque sérieux d'affrontements violents entre les membres de ces églises indépendantes et les forces de l'ordre. D'une part, du fait qu'ils croient en leur mission, les membres de ces groupes orthodoxes indépendants disent qu'ils n'obéiront pas à ce qu'ils considèrent comme une expropriation illégale et inconstitutionnelle.


Le Métropolite Valentin [Note du traducteur : Il s'agit de Valentin de Souzdal, primat de l'EOAR], un des leaders de l'Eglise Orthodoxe Autonome de Russie a publiquement déclaré que « même s'ils utilisent des matraques pour nous expulser, nous souffrirons pour la vérité et pour l'Orthodoxie. Nous ne donnerons pas les clefs [des églises pour que le gouvernement russe les remette au patriarcat de Moscou]. Nous ne partirons pas. »

Et d'autre part, le gouvernement semble se préparer à utiliser la force contre eux. Des officiels ont annoncés que le 18 mai, il y aurait une vaste opération d'entraînement antiterroriste [Note du traducteur : de nombreuses forces anti-émeutes se sont déjà déployés à Souzdal]. Il est clair par avance qu'aussi bien pour le gouvernement russe que pour le Patriarcat de Moscou, « les terroristes » à Souzdal ne seront pas « des activistes mais des croyants orthodoxes ».
 
Une telle interprétation large du terme "terroriste" par les autorités, qui semble devoir être appliquée à ceux dont le seul crime est de ne pas suivre la foi approuvée par le gouvernement peut s'avérer être le plus dangereux aspect de cette situation, situation qui a attiré quelque attention des défenseurs des libertés religieuses mais jusqu'à présent, de personne d'autre.


Publié dans orthodoxie-libre

Commenter cet article