La préparation au carême débute

Publié le par Theophylactère

Aujourd'hui, 5 février 2012 (calendrier civil), la préparation au carême a commencé avec le Dimanche du Pharisien et du Publicain. L'occasion de faire le point sur cette marche vers le carême. Ce texte est traduit de l'anglais et a été publié sur le site www.hotca.org.

 

Se préparer est une partie essentielle de la spiritualité orthodoxe. C’est pour cette raison que l’Eglise a établi une période de jeûne et de préparation avant chaque fête majeure. Le plus grande fête de la Chrétienté est la Résurrection du Christ, la Grande et Sainte Pâque. Elle est appelée Fête des Fêtes et Solennité des Solennités. Etant donné que c’est la plus grande des fêtes, la période de préparation à Pâques est la plus intense. La période des dix semaines qui conduisent à Pâques est contenue dans un livre : le Triode de Carême. Le Triode peut être divisé en trois différentes sections; la première consiste en quatre dimanche.

 

1. Le dimanche du Publicain et du Pharisien

2. Le dimanche du Fils prodigue

3. Le dimanche de la Seconde Venue du Christ

4. Le dimanche de l’Expulsion d’Adam du Paradis

 

Ces commémorations nous rappellent le message de repentance que nous venons d’entendre de Saint Jean le Précurseur and plus tard du Christ lui-même : « Repentez-vous car la Royaume des Cieux est proche ». La parable du Publicain et du Pharisien nous enseigne que la véritable repentance ne peut être accompagnée d’arrogance et d’une attitude jugeant les autres car « quiconque s’élève sera abaissé et quiconque s’humilie sera élevé ».

 

Dans la parabole du Fils prodigue, on nous enseigne que nous disposons d’un libre arbitre, l’héritage que nous avons reçu du Père. Nous pouvons nous perdre dans une vie éloignée de Dieu ou demeurer proche du Père. Quand nous décidons de retourner vers Dieu d’un cœur contrit et avec le désir d’être uniquement un serviteur de Dieu, pas même un fils, être un fils étant pourtant notre droit, nous devons nous arracher de la fange du péché et nous mettre sur le chemin du retour qui nous mène au Père. Alors, alors que nous sommes encore loin, Dieu courra à notre rencontre pour nous rencontrer et nous embrasser et alors, il tuera pour nous le veau gras. Parallèlement, ce qui n’ont pas chuté ne doivent envier ni notre frère repentant ni critiquer Dieu pour l’accueil joyeux qu’il accorde.

 

Après ces deux dimanche, le message se fait plus sévère. On nous a appris que Dieu est miséricordieux ; de peur que nous n’abusions de Sa miséricorde, on nous rappelle le jugement à venir et le châtiment éternel des pêcheurs. Il appelle tous les hommes Ses frères et il demande que nous traitions chacun d’aux de cette façon en disant : « Tout ce que vous avez fait de bien ou de mal à un plus petit que moi, c’est à moi que vous lavez fait » (Matthieu 35 : 41-45). Ce jour est appelé Dimanche de Carnaval car c’est le dernier jour car c’est le dernier jour où la viande est autorisée avant le grand jour de Pâques. Durant la semaine qui suit, appelée semaine des laitages ou de la tyrophagie, nous pouvons manger toutes les nourriture, sauf la viande : produits laitiers, poisson, vin, huile et ce, même mercredi et vendredi. En outre, durant, cette semaine de la Tyrophagie, les offices prennent graduellement leur caractère de Carême ; les mercredi et vendredi de cette semaine, la divine liturgie n’est pas célébrée, et l’Alléluia est chanté aux Matines en lieu et place de « Le Seigneur est Dieu… ». L’Eglise nous prépare de la sorte au Grand Carême, d’une part en nous « consolant » avec la consommation de toutes les nourritures sauf la viande, et d’autre part en transformant les offices en des offices de carême.


Le Dimanche de la Tyrophagie, le dernier jour avant le Grand Carême, nous faisons mémoire de l’expulsion d’Adam du Paradis. Les deux thèmes de la repentance et du jeûne sont unis dans l’hymnographie de ce jour, car le premier commandement que Dieu donna à Adam et Eve fut de jeûner en s’abstenant du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Ayant violé ce commandement et ayant été expulsé du Paradis, Adam s’assit à l’opposé du Paradis et pleura. Car ce n’est que par le jeûne et la repentance que l’on peut atteindre le Paradis.


Le jour suivant, premier Lundi de Carême, le stade des vertus est ouvert : le Grand Carême. Que ceux qui veulent y entrer se préparer pour le juste combat du Jeûne. Car ceux qui combattent selon les règles seront justement couronnés.

On the following day, Clean Monday, the stadium of the virtues is opened, the Great Fast. Let those who wish to enter, gird themselves for the good struggle of the Fast. For those who lawfully compete shall be justly crowned.

Qu’il en soit ainsi, par les prières de nos Saints Pères. Amen.

 

 

Publié dans orthodoxie-libre

Commenter cet article