Le jeûne n'est pas obligatoire par Saint Théophane le Reclus

Publié le par Theophylactère

Nous abordons la 6e et dernière semaine de ce carême 2011. Rappelons en effet que le carême qui commence par les vêpres du Pardon samedi soir s’achève par les vêpres de la Résurrection de Lazare le vendredi soir ce qui fait donc 40 jours. Il est ensuite suivi par la Semaine Sainte, période de jeûne certes, mais qui n’est pas comprise dans le carême à proprement parler. Cette 6e semaine débute avec le dimanche de Sainte Marie l’Egyptienne qui, selon le synaxaire, a été positionné à cet endroit afin de rappeler aux négligents l’importance du jeûne. C’est également l’objet de ces propos de Saint Théophane le reclus.

 

 

« Le jeûne n’est pas obligatoire quoiqu’il soit bel et bien le moyen de surmonter les passions pécheresses et les charnelles. Si le progrès intérieur est obligatoire, alors la façon par lequel il est obtenu est obligatoirement le jeûne. La conscience de chacun le lui rappelle.

 

Afin de faire taire la voix de leur conscience, ils déclarent :

 

1° Je compenserai mon manquement au jeûne d’une autre façon ou 

2° le jeûne m’est nuisible ou encore

3° je jeûnerai quand je le veux mais en dehors des périodes de jeûnes établies

 

Cependant, la première excuse est inappropriée car personne n’est parvenu à dominer les passions charnelles ou à mener une vie intérieure ordonnée sans jeûne.

 

La dernière excuse l’est tout autant car l’Eglise est un seul corps et se mettre à l’écart des autres revient à s’opposer à son bon ordre. L’on ne peut se dispenser des règles générales de l’Eglise qu’en la quittant ; mais tant que quelqu’un en est membre, il ne peut dire ceci ou revendiquer cela.

 

La deuxième a une certaine validité. En effet, l’obligation du jeûne est levée chez ceux pour lesquels il agit de façon destructrice car le jeûne n’a pas été établi pour tuer le corps mais pour mortifier les passions.

 

Mais si l’on devait consciencieusement dénombre ce type de cas, l’on verrait qu’ils sont si peu nombreux qu’ils ne comptent même pas.

 

Il ne reste qu’une vraie raison : le manque de volonté. Il n’y a aucune discussion à avoir à ce sujet : vous ne serez pas amené au Paradis contre votre volonté.» 

Publié dans orthodoxie-libre

Commenter cet article