Message de Pâques 2013 (Synode VCO Callinique d'Athènes)

Publié le par Theophylactère

Voici le message de Pâques du Synode de la Véritable Eglise Orthodoxe de Grèce, synode de Callinique d'Athènes. Il a été traduit de sa version anglaise en ligne ici, sur le site de l'éparchie américaine.

 

MESSAGE DE PÂQUES

An de grâce 2013

 

Très aimés enfant dans le Seigneur,

 

La fête de la Résurrection du Christ est la plus radieuse des fêtes pour les Grecs et pour tous les chrétiens orthodoxes partout dans le monde. Pour cette raison, est-elle dite « lumineuse », appelée Fête des fêtes et solennité des solennités, comme nous le chantons à l’église.

Un aspect frappant quant à notre façon de célébrer cette fête suprême de l’orthodoxie, ici en Grèce, est la chose suivante : pendant les jours de la semaine sainte, les grandes villes se vident. De même, que les Juifs quittèrent la terre d’Egypte en masse, les Grecs quittent Athènes et Thessalonique et retournent en masse dans les villages, vers leurs origines.

Une fois installés dans la Terre Promise, les anciens Juifs se rendaient à Jérusalem pour leur fête de la Pâque. A présent, les Grecs se rendent dans leurs villages pour célébrer Pâques avec leurs proches selon les traditions et les coutumes habituelles. Jadis, les croyants étaient attirés vers le centre, à présent ils sont attirés vers la périphérie.

Ce phénomène d’exode annuel et de retour est bon; toutefois, « que cela ne soit pas uniquement un changement d’endroit », comme nous le chantons dans l’office de l’Acathiste à la Déipare, mais un changement quant au mode de vie. Car changer d’endroit n’a pas d’importance d’un point de vue spirituel, si cela n’implique pas un changement de l’âme. Mais un retour vers les traditions de l’orthodoxie est véritablement salutaire et salvifique, pas uniquement pour les Grecs mais aussi pour quiconque désire s’appeler chrétien orthodoxe. Oui, que nous puissions expérimenter cet exode, mais pas tant en fuyant les grandes villes, qu’en quittant la captivité babylonienne des passions et du tumulte du péché. Retournons donc, non pas tant à nos villages d’origine, qu’à nos anciennes traditions religieuses.

Le désir des chrétiens de célébrer Pâques avec les membres de la famille est bon, mais il est encore meilleur de le célébrer avec son prochain qui est dans le besoin. La crise économique a multiplié le nombre de nécessiteux en Grèce. Pour beaucoup, le jeûne se poursuivra même après Pâques. La pauvreté a imposé à beaucoup un jeûne continu. Cependant, certains parmi nous, n’ayant pas jeûné durant le carême, vont faire bombance lors des célébrations pascales. Quel est le sens de rompre le jeûne si nous ne jeûnons pas en premier lieu. Pâques n’est rien d’autre qu’une occasion de manger, de boire et de s’amuser. Mais que notre abondance puisse venir en aide à ceux qui sont dans le besoin.

La fête de Pâques est avant tout une fête spirituelle, une occasion de joie spirituelle et de résurrection. Ceux qui sont véritablement des disciples suivant le Christ célèbrent leur propre résurrection : la résurrection de l’âme. De même que la résurrection des corps se produit quand il est réuni au corps, de même la résurrection des âmes se produit-elle quand celle-ci est unie à la grâce du Saint Esprit. « La Résurrection de l’âme est l’union à la Vie, car de même qu’on ne parle pas du corps comme d’un être vivant, car il ne peut pas vivre à moins de recevoir une âme qui lui donne la vie, de même, l’âme ne peut vivre elle-même si elle n’est pas mystiquement unie à la Grâce de Dieu, ce qui est véritablement la vie éternelle » (Saint Syméon le Nouveau Théologien).

« Voici le jour que fit le Seigneur, soyons dans l’allégresse et réjouissons-nous »

Le Saint Synode

 

Publié dans orthodoxie-libre

Commenter cet article