Joyeux Noël à tous

Publié le par Theophylactère

Un Joyeux Noël à tous nos lecteurs... Voici donc, une épître de Noël, celle du Métropolite Valentin de Souzdal, qui revient sur quelques événements marquants de l’année. Elle est traduite à partir des versions espagnole et anglaise. Comme à l'accoutumée, vous pouvez discuter du texte sur notre forum (inscription obligatoire).
 
Epître de la Nativité de son éminence le Métropolite Valentin de Souzdal et de Vladimir au pieux troupeau de l’Eglise orthodoxe de Russie
 

“Mais l’ange leur dit : Soyez sans crainte, car je vous annonce la bonne nouvelle d’une grande joie qui sera pour tout le peuple : aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur” (Luc 2:10-11)

 

Enfants très aimés de l’Eglise de Dieu!

 

Gloire au Dieu Très-Haut, Qui nous a de nouveau donné à voir la joie bénie du grand jour de la Naissance du Christ!

 

Avec amour spirituel, je vous salue cordialement, chers enfants de l’Eglise orthodoxe de Russie, à l’occasion de cette très victorieuse et salvifique fête de la Nativité du Christ.

A présent, nos coeurs sont comblés de la grande joie du salu, d’une alégresse total à cause de l’incarnation du Fils de Dieu pré-éternel. Le grand mystère de la justice est accompli; Dieu se manifeste dans la chair, parce que le Divin Enfant Christ est né de la Vierge Marie.

Le riche trésor spirituel de la Sainte Eglise de Dieu a donné à nos coeurs fidèles, lesquels sont remplis de félicité sainte et exultent d’espérance chrétienne, ses illustres hymnes de Noël : “Ciel et Terre, ensemble réjouissez-vous de façon prophétique en ce jour..., anges et hommes triomphez en esprit..., pasteurs prêchez; et les Mages apportent leurs cadeaux de l’Orient à Bethléem. Nous Le louerons de nos lèvres indignes, avec cet hymne : “ Gloire à Dieu dans les hauteurs et paix sur la terre aux hommes ses bien-aimés”

De même que jadis le mal émanait du palais du cruel et inhumain tyran Hérode, dont la conscience portait le sang des sa femme, de ses enfants et de ses parents, de la même manière, aujourd’hui, de nos jours, les mauvaises oeuvres sortent du palais d’Hérode vers notre Eglise russe Orthodoxe Autonome : “Sectaires, hors de Russie! Sectaires hors de Souzdal”.

Les luxueux palais du Patriarcat de Moscou, à l’instar du palais de l’antique tyran, brûlent des flammes de la colère et de l’iniquité. Au lieu d’allumer un cierge pour la Nativité, ils incendient les monastères et maisons où vivent le clergé et les moines de l’Eglise orthodoxe de Russie. Ils couvrent les murs des églises de l’Eglise Russe Orthodoxe Autonome de graffitis honteux et par conséquent, consciemment commettent l’apostasie, se moquant des commandements du Saint Evangile et du Divin Enfant nouveau-né. Ils tendent une main “d’amitié et d’amour” uniquement pour pouvoir, de l’autre main, saisir le prochain à la gorge. Ils croient au Divin Enfant Christ, mais ensuite, ils désirent sa mort.

 

Le 17 mai de cette même année, les hiérarques de la glorieuse Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontière, qui pendant plus de 70 ans avaient préservé l’or incorrompu des dogmes orthodoxes, a franchi la porte d’un tel palais. Elle était parfois considérée avec estime et espérance par tout le monde orthodoxe.

Tant que l’Eglise hors frontière existait, le Patriarcat de Moscou se voyait forcé de la prendre en compte. L’existence indépendante de l’Église hors Frontière servait de frein pour que le Patriarcat de Moscou ne glisse pas davantage sur la pende qui mène à l’abîme du péché.

 

Mais qu’ont trouvé les hiérarques et fidèles du Métropolite Lavre? Hypocrisie et ruse. Ils que croyaient que deux parties égales d’une Église signaient l’Acte de Communion Canonique, mais en réalité, ils signaient un “Acte”, qui était au final l’absorption définitive de l’Église hors Frontière par le Patriarcat de Moscou, et sa destruction canonique; le résultat est que l’Église hors Frontière est devenue à présent une organisation ennemie de Dieu”.

 

Ceci fut confirmé par l’archevêque Euloge, dans son appel aux croyants de Souzdal, quand il dit que l’Église Hors Frontière avait finalement eu le courage de rentrer, en paix et avec amour, au sein de l’Église Mère; et de cette façon, il a annoncé le dogme de l’adpatation de la vérité pour servir les mensonges du monde athée.

Déçu par la chute de l’Église Hors Frontière, nous espérions néanmoins qu’elle serait une force vitale pour freiner la chute du monde dans le sergianisme, le modernisme et l’oecuménisme. A l’inverse, hélas, nos espoirs furent en vain.

Le monde orthodoxe fut secoué par la prière oecuménique sans précédent d’Alexis II avec les évêques catholiques romains de France qui eut lieu récemment à Paris. Sur internet et dans les autres média de communication, les critiquent condamnèrent activement cette apostasie sans vergogne. Mais pas un seul évêque de l’Église Hors Frontière n’a prononcé le moindre mot pour défendre la Sainte Foi. Ils semblent qu’ils ne sont plus capables d’apprécier la gravité de leur chute, et la gravité de la chute du Patriarcat de Moscou.

Les anciens évêques de l’Église Hors Frontière sont à nouveau demeurés silencieux le 13 novembre quand le métropolite Kirill, empli de cynisme anti-orthodoxe, voyagea en Espagne pour consacrer une église du Patriarcat de Moscou dans ce pays et invita un évêque catholique.

 Hier à peine, l’Église Hors Frontière affirmait que l’oecuménisme était une hérésie. Mais aujourd’hui, par son silence et par le fait qu’elle communie au même calice que les hérétiques, elle participe totalement à l’hérésie. Ce sont les tristes fruits de l’apostasie!

 

Tous, par leur silence, trahissent le Seigneur. Seul un évêque, Diomède de Chukotsky, a dénoncé les évidentes violations morales et canoniques du Patriarcat de Moscou. Naturellement, tout le monde orthodoxe comprend que les appels de l’évêque Diomède à ses pairs évêques du Patriarcat de Moscou sont comme une voix qui crie dans le désert. Mais ce qui est incompréhensible pour le monde orthodoxe, c’est le silence criminel des hiérarques de la jadis glorieuse Eglise Russe Hors Frontière, qui ont oublié le terrible anathème du grand défenseur de l’Orthodoxie, le Saint Métropolite Philarète.

 L’évêque Grégoire (Grabbe), de bienheureuse mémoire disait : “il est préférable pour nous d’être seuls plutôt que d’être conduits vers un marécage spirituel”.

Ce qui est important pour nous n’est pas de charcher l’accord et l’unité avec  la majorité hérétique de nos contemporains, mais avec les Saints Pères qui ont brillé dans les temps passés.

Jalousement nous devons préserver la stabilité caconique de notre Sainte Église, qui par sa propore vie confirme l’anathème contre l’oecuménisme et rejette le nouveau calendrier et le sergianisme. Que le Seigneur nous soit bienveillant afin que nous puissions continuer ce service qui était effectué par l’Église Russe Hors Frontière et qui consistait à garder la Foi Orthodoxe avec les murailles de notre Église salvatrice.

Que le Divin Enfant ne permette pas que nous soyons indifférents au destin de l’Église de Dieu! Et qu’il nous maintienne éloigné de tout orgueil, amition, souvenir du mal, contentieux, divisions et calomnies et qu’il nous accorde que l’hymne de Bethlehem résonne toujours en nos coeurs : “ Gloire à Dieu dans les hauteurs et paix sur la terre aux hommes ses bien-aimés” (Luc 2:14)

 
Avec en amour Jésus-Christ,
 
+Valentin

Metropolite de Suzdal y de Vladimir

Publié dans orthodoxie-libre

Commenter cet article