Mariages entre orthodoxes et non orthodoxes

Publié le par Theophylactère

En réponse à l’article du Père Grigorios Papathomas sur les mariages mixtes et dispars, j’avais traduit pour ce même blog un texte anglais qui battait en brèche sa thèse. Voici à présent l’opinion de Saint Nicodème l’Hagiorite, qui traite du thème dans son Manuel de la Confession, l’insérant à la suite de son commentaire des canons de Saint Jean le Jeûneur. La traduction est établie à partir de l’édition anglaise du livre disponible ici.
 
Ce texte de Saint Nicodème qui récapitule maintes sources canoniques sérieuses confirme donc la prohibition de telles unions, n’en déplaise à l’orthodoxie « nouveau genre ».
Comme à l'accoutumée, vous pouvez discuter cela sur le forum.
 
 
Concernant les mariages entre un orthodoxe et un hérétique
 
 
Le canon 14 du Quatrième concile œcuménique, les canons 10 et 31 de Laodicée et le canon 29 de Carthage interdisent aux chrétiens orthodoxes d’épouser des hérétiques. Le canon 72 du Sixième dissout le mariage entre un homme ou une femme orthodoxe et un hérétique et le rend nul. Balsamon dit qu’un(e) orthodoxe qui a épousé un(e) non-orthodoxe ou une hérétique n’est pas autorisé(e) à communier aux divins Mystères, à moins qu’il ne se sépare au préalable [Responsa ad Interogationes Marci, Question 33, PG 138, 985C-985D] et accomplisse son épitimie. Syméon de Thessalonique dit la même chose [Responsa ad Gabriele Pentapolitanum, Question 47, PG 155, 893A-893C], ajoutant que la personne ne doit pas recevoir la communion jusqu’à la fin de ses jours, après avoir été chrismé au préalable (si elle se repent). Le prêtre ne doit jamais ôter une partie de l’Agneau et commémorer une telle personne à la table de la prothèse, mais seulement accepter parfois des cierges et de l’encens, et quelquefois (mais pas toujours) donner à cette personne de l’eau bénite [de la Théophanie] et l’antidoron, afin qu’elle ne tombe pas dans le désespoir; il doit aussi les inciter à faire l’aumône. Le codex de Justinien, Livre I, Titre 5, Ordonnace 12, dit que s’il y a une dispute entre deux parents (qui sont parvenus à se marier d’une façon ou d’une autre), le parent qui désire élever l’enfant dans la foi orthodoxe doit obtenir raison. L’ordonnance 18 du même Titre dit la même chose.
 

Publié dans orthodoxie-libre

Commenter cet article