L'évêque Longin cesse de commémorer le Patriarche Cyrille

Publié le par Theophylactère

L'évêque Longin (source Facebook)

L'évêque Longin (source Facebook)

Nous avions fait état dans un article précédent des contestations suscitées au sein de l’orthodoxie mondiale par le document pré-conciliaire « Les Relations des Églises orthodoxes avec l’ensemble du monde chrétien ». Cette contestation a récemment franchi un nouveau palier avec la décision d’un évêque du Patriarcat de Moscou, situé en Bucovine (région de l‘Ukraine proche de la Roumanie) de cesser de commémorer le patriarche Cyrille. Cette action est l’œuvre de l’évêque Longin, qui est à la tête d’un monastère dans la région, assez connu pour son travail auprès d’orphelins et de malades. La vidéo en russe est disponible à la fin de cet article.

 

Le dernier remous sérieux au sein du « Patriarcat de Moscou » concernant l’œcuménisme remontait à 2008. L’évêque Diomède avait alors été déposé en raison de ses prises de position anti-oecuménistes, après une seule convocation par le synode à laquelle il ne s’était pas rendu, alors même que les canons prévoient d’adresser 3 convocations à une évêque avant de pouvoir prendre une décision en l’absence de l’accusé. Ce vice de procédure illustre au passage le peu de cas que l’orthodoxie mondiale, soi-disant canonique fait des canons qu’elle prétend appliquer. Nous avions rapporté les faits à cette époque : voir ici.

 

Peu avant cette suspension de commémoration, dans son homélie en date du 7 mars (20 mars), jour du Triomphe de l’Orthodoxie, le patriarche avait manifestement tenté de désamorcer certaines critiques en se réclamant de Saint Marc d’Ephèse. Il a ainsi déclaré dans son homélie : « Ma consécration eut lieu le jour de la fête du Triomphe de l’Orthodoxie et mon intronisation en tant que patriarche le jour de la fête de Saint Marc d’Ephèse, le 1er février 2009. Ce fut lui qui, pratiquement seul, sauva l’orthodoxie de l’uniatisme… Je ne considère pas ces coïncidences dans ma vie comme relevant du hasard… le chemin que je choisis dans la vie est de proclamer le salut divin jour après jour et de garder la pureté de la foi orthodoxe, résistant à chaque hérésie et à chaque tentation ». Source (en anglais) : ici.

 

Ces propos ne peuvent convaincre que ceux qui ignorent le passé de l’actuel « patriarche ». Sa filiation spirituelle est des plus douteuses. Tout jeune encore, il fut le fils spirituel du métropolite Nicodème de Léningrad, dont la conversion secrète au catholicisme n’est un secret pour personne. Une rumeur persistante affirme même que jeune diacre, Cyrille concélébra lors d’une messe catholique. Plus tard, alors à la tête du Département des Relations extérieures du « Patriarcat de Moscou », Cyrille (qui portait alors le titre de Cyrille de Smolensk), fut un ardent œcuméniste et propagateur du relativisme ecclésiologique. Il le mit notamment en pratique lors de sa visite à Altea, près d’Alicante en Espagne pour l’inauguration d’une église « russe ». Voici ce que rapportait alors l’agence Zenit :

 

Avant de commencer la célébration liturgique, le métropolite a salué l’évêque d’Orihuela-Alicante, Mgr Rafael Palmero Ramos, présent dans l’assemblée, par ces paroles : « Etant donné que nous sommes dans ce diocèse dont vous avez la charge, je vous demande de bien vouloir procéder à la bénédiction de cette église ».

« En disant cela, il avait voulu être explicite, et faire comprendre que Mgr Palmero est l’évêque du lieu et qu’en tant que successeur des apôtres, il préside la communauté chrétienne de l’Eglise d’Orihuela-Alicante », a expliqué le père Benedett »

La page est toujours accessible grâce aux archives du web à ce lien.

On est décidément bien loin de Saint Marc d’Ephèse !

 

 

Déclaration de l'évêque Longin (en russe).

Publié dans Orthodoxie mondiale

Commenter cet article